Quentin – La Manufacture

Nos aventures dans les vitrines rennaises nous on fait pousser la porte de La Manufacture. Un concept store dédié à la chaussette, pour soigner son look jusqu’au moindre détail.

On aime la rue Leperdit pour ses boutiques toutes plus belles les une que les autres. Cette rue, c’est l’occasion de flâner et de trouver une pièce sympa à ramener chez soi. Nous sommes allés à la rencontre de Quentin, un malouin qui a fait une belle rencontre et lui a apporté la chance de réaliser son rêve. Ouvrir une boutique. Mais pas n’importe quelle boutique, puisque celle-ci est dédiée aux chaussettes et aux collants. On a toujours trouvé ça sympa, un concept store rien que sur la chaussette, alors on a poussé les portes du magasin pour en savoir un peu plus.

La chaussette portée de génération en génération

Derrière ce concept store se cache une belle histoire familiale. Puisque l’aventure a commencé avec son grand-père qui vendait des chaussettes. C’était à l’époque où les commerciaux se déplaçaient avec des VRP (véhicule, représentant, placier). Ils vendaient beaucoup de marques et produits différents, dont des chaussettes. Puis, ce fut autour du père de Quentin de prendre la relève et travailler dans la chaussette et le collant. Il a été commercial pour Yve-St-Laurent, le Bourget, Max Mara, des marques assez connues. Depuis tout petit, le rêve de Quentin était, un jour, d’ouvrir sa propre boutique. Et on peut dire qu’il a réalisé son rêve. Puisque après son alternance à Strasbourg où il vendait des chaussettes dans une boutique, il a pu se performer dans l’univers de la chaussette et enfin ouvrir son propre magasin fin 2015.

Des chaussettes 100% françaises

Toutes les chaussettes sont créées à 90% par la manufacture Perrin en Bourgogne, c’est une fabrication 100% française (on adore). C’est une entreprise familiale qui existe depuis 1924. Le petit plus, c’est qu’en 2013, à l’époque où Emmanuel Macron n’était que ministre de l’Economie, la maison Perrin s’est vu décerner le label EPV. EPV c’est quoi ? C’est tout simplement l’entreprise du patrimoine vivant (en vrai, on fait genre, mais on ne le savait pas non plus). Quentin nous a confié que c’est un label qui commence à vraiment être reconnu aujourd’hui.

Quelles sont les marques présentes dans la boutique ?

Si vous vous aventurez dans ce concept store, vous tomberez sur 4 marques de chaussettes différentes. La première qu’on a envie de vous présenter, c’est Berthe aux grands pieds. Parce que notre chat s’appelle Berthe alors ça fait un clin d’oeil. Et comme on a un humour très très drôle, à chaque fois qu’on passe devant la boutique, on se dit « tiens Berthe ne nous a pas dit qu’elle avait créé une marque », oui, on est vraiment fun dans nos vies. Bref, cette marque a été créé par Régis Gautreau, un ancien gendarme angevin en 1999. Dans cet univers, il y a plus de 100 références de chaussettes, collants, bas, du plus unis au plus fantaisie.

L’univers Perrin

Mais ce n’est pas tout puisqu’on retrouve la maison Perrin qui est connue pour garantir des chaussettes sans élastiques (ce qui est rare de nos jours et plutôt bien pour les problèmes sanguins). L’univers Perrin se détache par ses chaussettes plutôt classiques. On retrouve des chaussettes techniques comme des chaussettes pour la randonnée, le ski, la course à pied, des chaussettes pour tous les sports.

Les chaussettes garanties sans élastiques sont fabriquées par des machines des années 40, appelées les machines commettes. Ce sont des machines mécaniques puisque les numériques commencent toutes par un élastique.

la manufacture rennes chaussette

La troisième marque que l’on retrouve c’est La chaussette française. C’est une chaussette « haute couture », qui est arrivée sur le marché, la même année que le slip français. La chaussette française est le fournisseur officiel de l’Assemblée Nationale. Cette marque travaille sur des produits qui sublime les matières premières comme la soie, le cachemire ou le fil d’Ecosse. Les chaussettes sont remaillées à la main donc il n’y a aucune couture. Et ce sont les seuls en France à faire ce travail de remailler à la main.

la manufacture rennes chaussette

Dagobert à l’envers, la quatrième marque, est arrivée en 1924 à l’époque du surréalisme. Ce sont des chaussettes réversibles. C’est un produit phare de La Manufacture. Et ce qui est marrant avec ces chaussettes, c’est que l’on peut les assortir aux boxers de cette même marque. Ces boxers sont aussi réversibles. C’est selon vos goûts et vos envies ! Dans cette marque, on retrouve un travail sur des motifs, comme des motifs bretons ou les fameuses 2 étoiles, déclinées sur les chaussettes et le boxer, en partenariat avec le slip français. Un des modèles appréciés est celui sur les homards, vu qu’on est en Bretagne, ça parle forcément. La matière est en coton donc c’est une matière saine. C’est un avantage pour les personnes qui n’aime pas la laine, puisque c’est aussi chaud qu’une chaussette en laine et il y a le confort en plus.

la manufacture rennes
la manufacture rennes
Pourquoi ces 4 marques ?

Il faut savoir que mis à part Berthe aux grands pieds qui est associé, les 3 autres marques appartiennent à la maison Perrin. Puisque c’est une boutique qui repose sur un concept, ce n’est pas une franchise, car c’est une boutique qui est en association avec la manufacture Perrin. Quentin et la maison Perrin ont travaillé ensemble sur l’élaboration d’une boutique dédiée à la chaussette.

Avant dans chaque village, il y avait une mercerie, un lingerie etc. Et avec la baisse de ces petits commerces, la manufacture Perrin a eu l’envie de promouvoir leurs produits. Ils se sont dit pourquoi ne pas reprendre le concept de manufacture qui reprendrait toutes leurs marques et donc proposer à leurs clients, de la belle chaussette, fabriqué en France.

C’était le premier magasin sur Rennes, à proposer de la chaussette 100% française, au tout début du projet. Ce qui est bien avec ces 4 marques, c’est qu’on retrouve 4 univers différents dans la boutique. La Manufacture peut donc répondre à 90% des besoins du consommateur. On peut donc dire qu’on trouve forcément chaussettes à son pied n’est-ce pas ?

Quentin et sa rencontre avec Perrin

Depuis ses 16 ans, Quentin travaille dans le commerce. Son père connaissait une boutique sur Dinard, qui vendait des maillots de bains/ tongs l’été et des chaussettes/ collants l’hiver. Avec son bac pro vente, Quentin devait faire un stage et son père lui a suggéré d’aller voir cette boutique. De fil en aiguille, Quentin a travaillé pour elle en stage, puis l’été et à fait ça pendant 4 ans. Il a pu découvrir la marque Berthe aux grands pieds. Et cette marque la suivit jusqu’à Strasbourg, en alternance où il a eu la chance de connaître les fabricants, la manufacture Perrin. Ils ont pu échanger et la maison Perrin a évoqué le fait qu’ils voulaient développer un concept de boutique. En apprenant ça, Quentin a sauté sur l’occasion, et ils ont pu, ensemble, développer ce projet en 4/5 mois et fin novembre 2015, la boutique était ouverte.

la manufacture rennes
La rue Leperdit

Pour Quentin, c’était une chance de tomber sur cette boutique. Avant lui, c’était un antiquaire qui était là. C’était une opportunité en or. Pour la petite anecdote, c’est en voyant les boutiques déjà installées dans cette rue, qui lui ont fait comme un écho à son enfance. Avec notamment le magasin Frimousse, qui était le surnom donné par ses grands frères.

En arrivant sur Rennes, il ne connaissait personne puisqu’il vient de Saint-Malo. Il est donc rentré au sein de l’association du carré rennais. C’est une association de commerçant et artisans de Rennes créée il y a un peu plus de 15 ans.

Les prix des chaussettes

Je ne l’ai pas précisé, mais toutes les chaussettes sont mixtes. Il y a autant de la chaussette pour homme que pour la femme, ou que pour les enfants. Puisque les tailles vont, pour Perrin et La chaussette française, du 35-36/ 37-38 et on peut aller jusqu’au 47-48. Pour Berthe aux grands pieds comme son nom l’indique, on peut aller jusqu’au 51.

On est sur des prix normaux en terme de chaussettes de fabrication française puisque pour La chaussette française, pour du fil d’Ecosse on est a 26€, pour de la soie, à 34€. Pour des chaussettes fantaisies comme Dagobert à l’envers on est à 20€ et 26,50€ pour les réversibles. Chez Berthe aux grands pieds on commence à 22€ et les collants sont à 30€.

Petits conseils pour les chaussettes :

Les laver à l’envers à 30 degrés. Au niveau de l’essorage, il faut bien faire attention à ne pas mettre trop fort car cela risquerait de feutrer la chaussette. Et il ne faut pas utiliser de sèche-linge.

Quentin et la création d’une marque

Et au-delà de la vente de chaussettes, Quentin et sa famille se sont lancés, fin 2018 dans la création de leur propre marque, Jo Bigorneau. C’est une fabrication française et fait le plus localement possible. La marque s’inspire de la côte d’Émeraude, puisque c’est la que la famille à grandi. C’est une belle aventure familial qui commence.

Contact

ConceptBoutique de chaussettes et de collants
ContactQuentin
Adresse1, rue Leperdit
Téléphone02 99 50 75 93
E-maillamanufacture-rennes@orange.fr
Sitehttps://lamanufacturerennes.fr
What's your reaction?
0J'aime

2 Comments

Leave a Comment