Clémentine & Teddy – Atelier Joaillerie

Aujourd’hui, on vous emmène à la découverte de l’Atelier Joaillerie. Une boutique, mais surtout un atelier qui confectionne et propose des bijoux sur-mesure fait à la main. Nous avons eu l’occasion de découvrir et d’en apprendre beaucoup avec Teddy et Clémentine, sur cet univers qui nous était totalement inconnu.
Sommaire :

1 : Présentation
2 : Deux univers complémentaires
3 : Un atelier où l’or est recyclé
4 : Pourquoi Rennes ?
5 : Un atelier vitré
6 : Pourquoi dire stop à l’or 9 carat ?
7 : Les occasions pour offrir un bijou
8 : La collaboration avec les clients
9 : Un savoir-faire à mettre en avant ?

Clémentine, un rêve de petite fille

Depuis toute petite, Clémentine a toujours su dans quelle voie elle s’orienterait, le monde des bijoux. Pour l’anecdote, quand elle avait 4 ou 5 ans, elle fabriquait des bijoux pour ses barbies. Et elle prenait tellement de plaisir à les confectionner, qu’un jour, elle a dit à sa maman qu’elle souhaitait trouver un métier où elle passerait ses journées à concevoir des bijoux. À partir de ce moment, ses parents l’ont accompagné dans ce parcours. Elle a fait un collège traditionnel puis a intégré à 14 ans, l’école Boulle.

Située à Paris, cette école enseigne des arts appliqués, de l’architecture d’intérieur et du design. C’est un cursus qui se fait sur 5 ans, où elle a pu apprendre la gravure en modelé. C’est une gravure héraldique qui comprend tout ce qui est le blason ou bien la frappe de monnaie de Paris. À l’époque, il n’y avait pas de section joaillerie. On retrouvait juste une section art du métal, dont la gravure. Ce n’était pas quelque chose qui lui plaisait énormément mais la base d’apprentissage de l’école Boulle était très enrichissante et intéressante.

Après ce cursus, elle s’est spécialisée en joaillerie à l’école du Louves, elle a passé son CAP en candidat libre en joaillerie et ensuite en mention complémentaire. Quand elle était à l’école du Louvre, elle était en apprentissage à Opéra chez un créateur. Elle a cherché du travail après ses 7 ans d’études en 2007, mais aucun atelier ne laissait partir ses employés. Il n’y avait donc aucun job de disponible dans cette spécialisation. Clémentine a donc décidé de se mettre à son compte, accompagnée par Teddy qui l’a aidé et soutenu dans l’entrepreneuriat.

Ils ont commencé à Paris, dans le quartier de la Madeleine, dans des bureaux en colocation avec d’autres joailliers. Puis en 2012, ils ont décidé de quitter la capitale pour venir s’installer à Rennes.

Teddy n’était pas destiné à l’univers du bijou et pourtant

Sa femme Clémentine lui a transmis le virus ahah. Car à la base, il était graphiste puis Directeur artistique. De fil en aiguille, il a pu apprendre et découvrir cette passion au contact de Clémentine. Il s’est donc intéressé à cet artisanat qui est assez exceptionnel en France et est allé se former à Anvers. Il a donc passé un diplôme dédié au diamant, qui visait à avoir une complémentarité avec Clémentine, qui est plutôt amatrice de pierres de couleur, pierres précieuses et pierres fines.

Deux univers : le diamant et la pierre

Le diamant est une approche cartésienne. Les diamants blancs ont des critères de qualité aujourd’hui bien définit. (Le poids, les couleurs, la pureté, la qualité de la taille, la forme, la symétrie et le polissage). Ce sont des points où on est capable de donner la valeur, le prix d’une pierre en la voyant et en l’analysant un petit peu à la loupe de manière assez facile.

La pierre de couleur est une approche différente. Déjà parce que cela dépend de l’offre et de la demande. Par exemple, le saphir de couleur bleu (le plus connu, mais ils en existent de toutes les couleurs), il y a 30/40 ans on l’aimait très intense, très foncé, quasiment noir, opaque. Aujourd’hui la tendance est au saphir bleu avec belle éclat, cristallin avec plus de peps. Tout cela est lié aux goûts et aux envies. Au final, la valeur de la pierre a évolué. Cette approche est moins cartésienne et se fait plus au feeling.

Souvent avec le diamant, on propose une pierre en fonction du budget. Alors qu’avec les pierres de couleur, c’est généralement dans le même budget. Mais les pierres n’en reste pas moins différentes par leurs formes et c’est au client de choisir en fonction du feeling ressentit.

Teddy aime l’approche du diamant et pouvoir dire si une pierre est jolie ou non en fonction de critère bien définit. Clémentine quant à elle, préfère faire parler son coté artistique et partager sa vision créative aux clients. Leur complémentarité est l’essence du succès de l’atelier joaillerie. Clémentine transmet sa passion, et cherche à provoquer le coup de coeur du client. Teddy, lui préfère transmettre la technique.

Un atelier de fabrication artisanale avec de l’or recyclé !

Ils achètent du métal brut sous différentes formes, près à être travaillé. Puis, ils font venir de l’or 18 carats déjà affinés, car ils ne sont pas affineurs. Ils viennent ensuite forger le métal, le chauffer et le mettre en forme. Il faut savoir aussi que les pierres sont taillées par d’autres métiers. Par exemple : le diamantaire pour la partie diamant. Ou le lapidaire, pour les pierres de couleur.

Ils travaillent avec un affineur qui prépare le métal, fait de l’alliage, le travaille en plaque de fil, puis leur revend. Cet affineur ne vend quasiment que de l’or recyclé. Il achète, récupère un peu partout et l’Atelier Joaillerie lui en redonne. En effet, ils en achètent à leurs clients et l’envoient à cet artisan pour qu’il puisse le retravailler et donner vie à de nouveaux bijoux.

Pourquoi s’être installé à Rennes ?

Teddy est originaire de Rennes et Clémentine est parisienne. Quand ils se sont connus, elle était encore en étude à Paris donc il l’a rejoint. Ils y sont restés 5 ans mais ils avaient envie d’une vie de famille sereine et d’un espace avec plus de contact avec les clients. Surtout, il voulait un pignon sur rue, ce qui, on le sait tous, est compliqué avec le prix de l’immobilier sur Paris. Ils ont donc fait un compromis en déménageant sur Rennes.

Dans un premier temps, comme ils avaient toujours des clients sur Paris, Clémentine faisait des allers-retours pour prendre la commande et venir la fabriquer sur Rennes. Ils ont fonctionné de cette manière la première année. Mais assez rapidement, la clientèle rennaise a prit le pas. De temps en temps, leurs clients fidèles parisiens, descendent sur Rennes lors d’un séjour en Bretagne, pour passer une nouvelle commande.

Pour la petite histoire, quand ils descendaient à Rennes pour voir la famille de Teddy, Clémentine allait dans leur futur boutique (15, rue de Bertrand), qui s’appelait Le Boudoir de Chloé et elle l’aimait beaucoup.

Je disais à Teddy, si un jour on a une boutique, ça sera celle-ci !  Clémentine

Puis quand ils ont décidé de poursuivre leur aventure à Rennes, le local était en vente. C’était en 2012, ils sont arrivés au bon timing ! Et il faut dire qu’en terme d’accès, c’est assez simple de venir les rencontrer. Puisqu’on retrouve le parking Hoche qui est à 5 minutes de l’atelier.

Ce qui est génial avec leur atelier, c’est qu’on peut observer les coulisses de fabrication des bijoux. En partant du constat, qu’ils n’avaient pas besoin d’un immense showroom, ils ont décidé de privilégier l’espace atelier et de le vitrer pour que leurs clients puissent découvrir l’envers du décor.

Un atelier vitré ?

Et oui, en allant demander conseil pour un bijou, vous aurez la chance de voir les coulisses de la fabrication de vos précieux. Leur but avec cette vitre, était de partager leur savoir-faire. En effet, la principale déception en bijouterie traditionnelle, c’est que l’on est reçu au bord d’un comptoir et que nous ne sommes pas bien renseigné sur les bijoux.

Par exemple, durant notre entretien, nous avons appris pourquoi ils ne fallait pas acheter de l’or 9 carat.

Pourquoi dire stop à l’or 9 carat ?

L’or fin, celui qui est extrait dans la nature ou celui qui est recyclé, c’est de l’or 24 carats. Soit 1000 millième, 100% d’or fin. C’est donc la pépite. A savoir que le standard qualité en France est de 18 carats, soit 750 millième, 75% d’or fin. A cela, on y ajoute de l’alliage ou du cuivre. L’or est malléable, mais si on le laisse à 24 carats, il n’est pas portable quotidienne car il serait trop fragile, trop mou et se déformerait. Le 24 carats, on peut le retrouver dans les pièces d’or ou lingots d’or.

Il y a 10 ans, l’or a énormément grimpé et donc les bijouteries comme celles des centres commerciaux, se sont retrouvés avec des bijoux qui ont augmentés. Ayant peur de perdre leur clientèle, ils ont alors créé de l’or 9 carats. C’est donc 375 millième, soit 37,5 % d’or fin et le reste ce n’est que de l’alliage.

Et là, les bijouteries ont complètement inversé la logique. Là où on venait chercher de la solidité avec le 18 carats, on la perd avec le 9 carats. Car la proportion d’alliage est beaucoup plus importante que l’or. Et donc, on a un désavantage de l’alliage sans avantages de l’or.Teddy

Par exemple, un or blanc 9 carats, ne va être constitué que d’argent, et donc il sera mou. Si c’est un bijou plutôt rosé en 9 carats, ça ne va être quasiment que du cuivre et là, le problème est qu’il sera par conséquence très cassant…

C’est un métal qu’il faut proscrire ! En plus, c’est vendu assez cher car les bijouteries vendent ça sous le terme « d’or » car c’est légal. Mais on peut avoir des allergies, si on est allergique aux métaux traditionnelles. Car le 9 carats s’oxyde très vite et c’est ça qui provoque les allergies en contact de la peau.Clémentine

A savoir qu’aux Etats-Unis, la limite fixée est de 10 carats, pour être considéré comme de l’or. Avec le 9 carats, les bijoux ont une faible teneur en or. De plus, ils sont généralement très creusés. L’idée pour ces bijouteries, est de mettre un minimum d’or et un minimum de matière. Mais cela réduit la qualité du bijou.

Après avoir appris l’histoire sur l’or 9 carats, on a voulu en savoir plus sur les bonnes occasions pour offrir un beau bijou.

Quelles sont les occasions pour offrir un bijou ?

Les clients qui viennent à l’atelier recherchent un bijou symbolique, qui a une forte valeur sentimentale. C’est souvent pour des fiançailles et c’est en principe là que les clients découvrent un vrai atelier. La transmission d’une partie de la connaissance du métier aux clients est très importante pour nous.Teddy


Après la bague de fiançailles, viennent les alliances. Puis, à l’occasion d’une naissance où d’un anniversaire de mariage, on offre des bijoux comme un bracelet de naissance. Clémentine et Teddy rentrent dans l’intimité des clients, puisqu’il y a une confiance qui s’installe pour trouver le bijou qui sera les séduire. Ils aiment se définir comme des joailliers de famille. Car les bijoux perdurent de génération en génération avec l’héritage.

La collaboration avec les clients

La plupart du temps, les clients viennent avec des dessins ou des tableaux Pinterest. Donc, à partir de cela, Clémentine propose des croquis de bijoux sur-mesure. Et si besoin, elle leur montre plusieurs pierres. L’objectif est d’essayer de provoquer un coup de cœur créatif avec eux, pour qu’ils ressentent le bijou et qu’ils puissent se projeter. Sa démarche est de comprendre au mieux les besoins du client.

Concernant le budget, ils conçoivent les prix par coup matière et temps passé. S’ajoute aussi à cela, le temps horaire, le coût de la pierre et le packaging.

Un produit ou un savoir-faire à mettre en avant ?

Pour Teddy, le produit à mettre en avant serait la bague de fiançailles. Puisque c’est là où on travaille beaucoup le diamant. Mais c’est aussi une jolie première entrée dans le monde de la joaillerie.

Clémentine a souhaité mettre en avant les pierres de couleur. Elle veut montrer que le saphir n’est pas forcément que bleu. Ou bien que le diamant n’existe pas qu’en blanc. Par exemple, pour le saphir, il y a une palette de couleurs incroyable. La couleur a un impact sur le prix. Elle aime pouvoir transmettre sa passion et pouvoir confronter le client à la beauté des pierres dans leurs globalités.

Leur atelier se trouve au 15 rue de Bertrand à Rennes. N’hésitez pas à vous y rendre si vous avez besoin de conseils ou même d’informations sur les bijoux. Clémentine et Teddy seront ravis d’apporter des réponses à vos questions. Et de peut-être provoquer une passion naissante pour les pierres et toute la technique qu’il y a pour confectionner un bijou.

ConceptShowroom / Atelier
ContactClémentine & Teddy
Adresse15, rue de Bertrand
Téléphone09 54 16 53 70
Mailcontact@latelierjoaillerie.fr
Sitehttps://www.latelierjoaillerie.fr/
Instagramhttps://www.instagram.com/l.atelier.joaillerie/
What's your reaction?
0J'aime

Leave a Comment